Admin Graphisme K.

Éditions Gallmeister

22,60
par (Libraire)
8 mars 2021

L'Italie dans tout ce qu'elle a de sublime !

Voici venu le premier roman traduit de l’Italien des Éditions Gallmeister, et il était attendu ! L’Italie au temps de la Grande Guerre, ses villages perdus, son soleil qui tape, les fermiers avec leurs mains sur leurs hanches, les odeurs des vaches, des chiens, le clocher qui sonne et ces deux frères : Lupo et Nicola Ceresa.

Deux frères diamétralement opposés : l’un courageux, engagé, qui n’a pas peur de se salir les mains et d’aller en première ligne quand il le faut, l’autre trouillard, toujours à se cacher derrière l’ombre de son frère. Mais pourtant c’est ce frère trouillard, Nicolas, qui se retrouvera en première ligne parce que c’est lui qui partira au front pour défendre sa patrie. Cette patrie que Lupo exècre, il est contre le pouvoir en place, les riches le dégoûte, il crache sur leurs maisons en haut de la Vallée et leurs bijoux lui font pitié. C’est le début de l’ère socialiste dans l’Italie de la Première Guerre mondiale et la colère qui remplit les entrailles de Lupo est là pour se battre.

Au-delà du récit, c'est l'écriture qui nous emporte ! L'Italie au temps de la Grande Guerre et le drame qui soulève cette famille.

Sublime !

Éditions de L'Olivier

22,00
par (Libraire)
27 février 2021

L’histoire d’amour la plus normale et la plus belle qui soit

Et si vous trouviez votre âme sœur à dix-huit ans, que feriez-vous ?

Voici l’histoire de Connell et Marianne, je ne sais pas si elle est épique, s’il faut parler de grand amour ni même si on doit parler de passion. Ce sont simplement deux adolescents qui vont se trouver, se cacher, se chercher, se sauver, ne plus jamais se lâcher. Deux personnalités complexes, autodestructrices peut-être mais qui n’ont jamais été plus complètes que lorsqu’elles sont réunies.

L’intensité de l’amour que se portent ces deux personnes est un raz-de-marée. C’est beau parce que c’est vrai, c’est beau parce que c’est normal, c’est beau parce qu’il n’y a qu’eux et leur vie.

Glénat Manga

10,75
par (Libraire)
27 février 2021

Une petite claque visuelle et morale

Aki est un petit garçon. Il s’est perdu et n’arrive plus à rentrer chez lui. Dans sa tourmente, il rencontre Jizo, un petit garçon bien curieux qui lui promet de le protéger de la nuit et de ses ombres. Une ombre en particulier, qui chasse les enfants perdus.

Un soupçon de poésie, un brin de fantastique et ça donne un manga d’une beauté presque apaisante. C’est émouvant et déroutant, à découvrir rapidement !

par (Libraire)
27 février 2021

Un livre qui donne envie de tout quitter pour le grand nord !

C’est l’histoire d’une renaissance. Celle d’un homme pris entre deux feux, celui de ses origines et celui de la vie dite « civilisée ». Arraché à sa famille dès son enfance il a - malgré lui - appris à vivre comme les hommes, ceux dont il entendait les histoires. Mais lui n’est pas de ceux-là et après avoir trouvé un métier il décide de renouer avec celui qu’il a été : un inuit. Alors il part et va rencontrer l’amour, dans les bras d’une femme certes mais pas celle que vous croyez. Il va rencontrer la nature, la vraie, celle qui vous attaque sans prévenir, et qui vous rappelle que sans elle, vous n’êtes Rien.

par (Libraire)
27 février 2021

De l’humour à l’anglaise !

Charles Pooter est un homme assez simple. Sa femme Caroline et lui mènent une vie assez simple dans leur honorable demeure de Holloway. Il travaille lui-même à la City et il est un honorable employé comme l’aime à le lui rappeler régulièrement son employeur, Mr Perkupp. Leur fils, Lupin, est un homme assez singulier. Un peu imbu de lui-même, convaincu de son succès futur et de sa supériorité sur toutes les personnes qu’il connait et rencontre. Ses parents y compris.

Ce journal est celui de Charles, il y décrit ses journées, ses soirées avec ses deux amis de toujours Cummings et Gowing, les mésaventures avec la bonne Sarah, les mariages ratés, les soirées de spiritisme. C’est un regard moqueur sur la société anglaise du XIXème. Un brun cynique mais avec la juste touche British que nous aimons !